TANG this quietness booms about on the walls like birds in panic Cd Emolution Records 2003

TANG this quietness booms about on the walls like birds in panic

On avait déjà chanté la sérénade lors de la sortie de leur superbe précédente démo mais ce coup ci les lillois de TANG reviennent avec ce non moins superbe premier album ! Les trois morceaux de la démo y figurent déjà dont leur formidable tube de l-été she died in june à l-univers mélancolico pop qui n-est pas sans rappeler quelques titres de REIZIGER et autres troublions émo rock à l-univers décalé vers la mélodie ! Car ces francais aiment les ambiances de fureur mélodique englobant au mieux tout ce qui traite de la Noise mélancolique ou de l-émo rock décalé...



AMANDA WOODWARD 7 7- Paranoid Records / Level Plane Records 2006

AMANDA WOODWARD 7

Après les nombreuses tournées qui ont suivies la sortie de leur premier album « la décadence de la décadence », un break de quelques mois, un changement de batteur, Amanda Woodward est de retour avec ces deux nouvelles chansons qui nous permettrons d’attendre le prochain long jus. « meurt la soif » nous reprend là où on les avait quitté sur leur précédent opus, à savoir un émo hardcore direct, punk rock dans son approche. Pas de chichi. Une bonne mélodie. Un chant abrasif, un brin plus « gras » qu’a l’habitude (abus ?). Une rythmique qui bastonne.



Tags

BELLE EPOQUE à la dérive EP 12’’, Rejuvenation Records / Heart On Fire / Les Entreprises Marcel Daron 2005

BELLE EPOQUE à la dérive

Belle Epoque n’est plus. Le groupe s’est séparé début 2006. Il reste des démos et ce Ep pour témoigner de la musique du combo de la région parisienne. Sur ce joli bout de vinyl (livré avec un gros livret de paroles des chansons et autres textes) le quatuor joue un émo core très attaché à certains groupes français des années 1990 (Alcatraz, Peu Etre, Vanilla, L’Invention De Morel…) mais c’est surtout aux premiers travaux d’Amanda Woodward que ces six titres ont été régulièrement comparés. Ce n’est pas complètement faux non plus !



Tags

YAGE THE FLYING WORKER / MIHAI EDRISCH Dimanche 8 février 2004 Mondo Bizarro, Rennes

L’année 2004 commence avec un peu de tristesse. En effet ce dimanche 8 février au Mondo Bizarro de Rennes, c’est sûrement la dernière fois que j’assiste à un concert de Yage. Le quintet allemand a décidé de mettre fin à ses activités tout doucement mais sûrement, semble-t-il ! Leurs nouveaux morceaux et les anciens sont joués avec une classe sans pareil, c’est dans le grand frisson et une ambiance bon enfant (environ 120 personnes pour une fin d’après midi, pas mal !) que flotte une légère mélancolie…hé oui l’émo hardcore de Yage en a marqué plus d’un ces dernières années.



METRONOME CHARISMA Notre amour est assez puissant pour détruire ce putain de monde Cd Radar Swarm / Impure Muzik 2004

METRONOME CHARISMA Notre amour est assez puissant pour détruire ce putain de monde

Dès les premières notes, on lorgne vers NEUROSIS. Ce grain de guitare jeté en pature, ces rythmes lourds transpercants la distorsion du début de morceau, cette voix criant tout son mal être et cette ambiance glacée très proche du dernier disque des américains précités. Le premier album des francais shunte ensuite les styles, raccourcissant le chemin entre BOTCH, YAGE et les vieux BREACH (l-amour sexuel & bestial étant destiné aux premiers).



AMANDA WOODWARD pleine de grâce Cd Waiting for an angel 2003

AMANDA WOODWARD pleine de grâce

On ne va pas vous mentir plus longtemps. Si Amanda Woodward met beaucoup de monde d’accord, c’est que ce groupe est très inspiré, voir excellent ! Ces trois nouveaux morceaux confirment tout le bien qu’on pense d’eux (même dans les milieux autorisés ? !). Leur émo hardcore, mâtiné de très légers plans dub/reaggae ou de pop française à la Diabologum (sur « la malade maquerelle »), est arrivé à « maturité » avec cette nouvelle galette bien trop courte. La production est réussie. Elle met en avant l’écriture très fine des compositions et cela ne gâte rien, bien au contraire.



Tags

EAVES höhenangst cd Yskalnari Records/ Wild-Zero 2004

EAVES höhenangst

Après un split album avec Atrox et un split 7’’ partagé avec Francis Brady, Eaves nous offre là son premier album composé de neufs brûlots hardcore légèrement bercés dans un son métallisant, jamais encombrant. Eaves a plongé ses racines dans la musique distillée au début des années 90 par Downcast, Groundwork, Iconoclast, … tout en « actualisant » sacrément l’affaire. En effet le quintet est aussi sensible aux élans « screamo » de Joshua Fit For Battle, Saetia, Shikari… voir Yage pour l’importance accordée aux mélodies dans ce déluge de riffs acérés.



Tags

FUNERAL DINER the underdark cd Alone Records 2005

FUNERAL DINER the underdark

Ces ex PORTRAITS OF PAST et NEXUS SIX nous reviennent avec leur nouvel album... Un vrai tonnerre dans la série Emo Screamo... ENVY, CITY OF CATERPILLAR... blah blah blah... Le diner funèbre, c-est de jolies mélodies toutes mélancoliques, saupoudrées de chant crié pour faire le décalage, mais le décalage est déjà fait depuis longtemps, on connaît l-histoire proche, jamais l-ancienne... c-est dommage... zieutez ENVY que je vous dis... zieutez tous ces groupes aux ambiances à la guitares détonnantes, aux envolées cataclysmiques et à l-humeur glauque... Le glauque revigore toujours...



Tags

AMANDA WOODWARD ultramort 12- Chimères Records 2003

AMANDA WOODWARD ultramort

Après une démo et sa version vinyle très remarquées à juste titre, Amanda Woodward nous revient avec cinq titres enregistrés en décembre 2001. Avec il nous reste les caillasses on les retrouve là où on les avait quittés sur leur précédent effort. Cette chanson plonge l-auditeur dans un alliage très au point d-émo hardcore à la Portrait of Past/ Yage marié à certain Dischord sound . Désolé pour les raccourcis d-usage. La surprise viendra dès le deuxième morceau dans lequel la basse se fait encore plus dub/reaggae qu-à l-habitude.



Tags

AMANDA WOODWARD la décadence de la décadence Cd EarthWaterSky connection 2004

AMANDA WOODWARD la décadence de la décadence

Très attendu dans le petit « microcosme punk underground international », ce premier LP d’Amanda Woodward reste dans la lignée de leurs précédentes productions survoltées. Malgré des premiers abords beaucoup plus direct (on va dire ?!) que leur dernier Ep en date « pleine de grâce », il n’y a pas de réelle surprise tout le long de ces huit nouvelles chansons, Amanda Woodward joue toujours un « émo hardcore » inspiré du meilleur tonneau « Ebullition rencontre Dischord »…(désolé ? !).



S'abonner à YAGE