Born Dead Icons + La Fraction L-Alizée, Montréal, 1 octobre 2003

Born dead icons est un groupe à part à Montréal, au Québec et au Canada. Faut déjà comprendre que BDI chante en anglaisS dans la belle province où le français est la langue officielle. Déjà un groupe hardcore qui se compose de Québécois, Hum?, et en plus qui chante en anglais alors là cela dépasse tout entendement. Mais, c¹est sur le fond aussi que cela choque : les références de Born Dead Icons ne sont pas à chercher exclusivement en France et pas seulement limitées aux scènes punk rocks gauloises de France : bérurier noir, wampas, oth, tagada jones, boucherie, wunderbach, camera silens, komintern sect, boucherie et cie, etc.. Là aussi cela ne fait pas très simple et tout ce qui n¹est pas simple est donc compliqué ici bas. Il suffit d¹écouter les disques, les influences de Born Dead Icons sont plus à rechercher du coté de Motorhead, Cruxifix, Amebix, Doom, Uranus etc. Ce ne sont pas que des influences d¹ailleurs! Tout est bien digéré et à sa place!Là je tire mon chapeau à Born Dead Icons, comment avoir pu formé un groupe aussi violent et dur dans un tel contexte si étouffant, si stérile et autant conventionnel. Autre point qui démarque Born Dead Icons est cette capacité à avoir échappé au show business de Montréal et du Québec, de sortir disques et de tourner en dehors du Québec. C¹est l¹avantage d¹échapper à un sacré microcosmeS Dernier point pour situer Born Dead Icons est qu¹ils tournent avec un groupe européen, en l¹occurrence La Fraction, dans toute l¹Amérique du nord. Vous en connaissez beaucoup de groupes québécois (dans le sens vivant au QuébecS) « alternatifs» qui après avoir bénéficié de l¹accueil chaleureux de leurs cousins français rendent la monnaie de leurs pièces. J'en ai pas vu beaucoup icitte. En plus, ils ont un peu aidé Drunk dans leur tournée en Ontario et au Québec. Alors chapeau pour le retour de bâton! Côté concert, Born Dead Icons est une sacrée machine de guerre à deux visages, l¹un lorgnant vers des influences comme Uranus, HHIS, Tragedy, etc, et l¹autre cherchant discharge, anticimex, amebix, etc. Un très bon équilibre et un concert énergique! Super set! En grandissant et en tournant, Born dead icons a acquis une sacrée maturité! Je ne connaissais rien de la Fraction. Rien du tout. Je ne savais même pas que des groupes comme cela existaient encore en France. Un coté punk français assez traditionnel, presque orthodoxe, presque trop facile, à comparer à Tears of a doll ou encore Escape . Mais, sur scène, après un grand moment de tract (éh le premier concert en Amérique du Nord : bonjour les pétoches!), la Fraction se repositionne et enfonce le concert pendant une heure et demie. Avec une bonne dose d¹énergie, La Fraction passe la vitesse supérieure et se place allégrement du coté des dead kennedys, sofa heads, one by one, subway arts, no more et même grâce à son guitariste ve LifeS but how to live it?. Oui vraiment un petit coté punk à la penetration. La chanteuse, simple et sans look, a fait une belle prestation, toute en douceur, en expressions amusées et en yeux ronds ! Un groupe parisien engagé sans être enragé qui mérite bien sa tournée en Amérique du nord. La Fraction rejoue à Montréal pour la dernière date de sa tournée, le 2 novembre, avec Hellbound, Inepsy, Ballast et Impulse Team au LoudHouse un peu plus dans l¹est de la ville, dans Hochelaga. Enfin, La Fraction fait la leçon, sans s¹en rendre compte, à tous ceux qui pensent que punk franco est du ressort des derniers survivants : les WampasSpar exemple? L¹Alizée est une salle située en face de la micro-Brasserie du Cheval Blanc (je vous en reparlerais une autre foisStellement leurs bières sont vraiment bonnes) sur Ontario, dans Centre Sud. Cette salle n¹est pas une salle misérabiliste en sous-sol, etcS, c¹est un très beau bâtiment tout en briques rouges, avec de belles fenêtres, bien situé, et avec toutes les installations nécessaires (sono, lumières, bar, etc) pour accueillir tout style de groupes, majoritairement des groupes de jazz qui participent au OFF du festival international de Jazz de Montréal durant l¹été torride montréalais. C¹est une belle salle gérée par un type sympa et ouvert d¹esprit! Une salle de 2 à 400 personnes. Enfin, ce soir-là, environ 300 personnes se sont ramassées pour voir le show. Public entre 20 et 35 ans, tout en noir, pas violents et très smooths. Pas de crustys zombies cette fois ci mais petits pogos cools! Public sympa qui a bien apprécié La Fraction!



The website encountered an unexpected error. Please try again later.