KOMANDANT COBRA BABOON QU4TRE Kythibong 2008

Après une démo déjà remarquable, les nantais de KOMANDANT COBRA, abrités par le moins remarquable label Kythibong (Belone Quartet, The Healthy Boy etc...), nous offrent là un album qui décuple les qualités affichées par cette démo A la croisée du rock, de la noise et de certains élans « déchirés » et poétiques (l’excellent « Ange Immense » chanté en Français), c’est pourtant dans un climat presque post-rock que le groupe inaugure ce nouveau disque, sur un « Moi le rouquin » aux ambiances à la fois chatoyantes et tourmentées absolument magnifique. Puis le tempo s’affirme sur « Fish », plus urgent, mélodique aussi, véritablement obsédant et qui use de courts breaks pour ensuite se projeter vers des atmosphères tour à tour paisibles et tourmentées, offrant ainsi à l’auditeur une entrée en matière parfaite pour cette nouvelle sortie Cette capacité à varier les rythmes et les climats se confirme sur « Gothic master », mélancolique et doté de guitares aux humeurs changeantes, auquel succède le « Ange immense » évoqué plus haut, et qui outre sa qualité, nous montre que KOMANDANT COBRA sait se montrer convaincant en chantant dans sa langue mère C’est ensuite un morceau lui aussi de très haut niveau, « We get astray », qui nous est dévoilé. Usant d’accords de guitare captivants et d’une dualité vocale elle aussi prenante, « breakant » avec à propos, ce titre fait mieux que confirmer les nantais dans leur savoir-faire, d’autant que lui succède un « Silent Manu » magnifique et relevé par des cordes majestueuses, à la voix très expressive, émotionnelle, qui monte en intensité sur la fin sans véritablement exploser « Manuel Maria Ponce » impose une trame post-rock sous-tendue par des guitares nerveuses et volubiles, et alterne avec bonheur, ce qui fait d’ailleurs une grande partie du charme du trio, parties sereines et plages plus troublées Enfin, c’est un second titre chanté en Français, « Je sens qu’il va falloir », aux textes aussi littéraires et imagés que ceux d’ « Ange immense », ceci dans une atmosphère dignes de DIABOLOGUM sur « ##3 », qui conclut de manière tout aussi probante un disque singulier et maitrisé de bout en bout, et qui constitue, après le BELONE QUARTET et le THE HEALTHY BOY, une nouvelle grande réussite à mettre à l’actif de Kythibong. http://www.virb.com/komandantcobra http://kythibong.org



The website encountered an unexpected error. Please try again later.