1. JOBO abécédaire (Un Rêve Nu / Coax 2023)

    JOBO abécédaire (Un Rêve Nu / Coax 2023)

    J'aime les duos, il n'y a pas d'autre choix que de donner de soi dans un duo. C'est quitte ou double un duo. C'est un vrai jeu d'équilibre. Ces deux-là de JOBO me rappellent les heures glorieuses d'un pan de la noise dégingandée à la fin des années 90 / début 2000. Je pense à GRAND ULENA par exemple, aux RUINS, à AHLEUCHATISTAS (trio par contre) , à COLOSSAMITE, GORGE TRIO, mais aussi à TERMS plus récemment *. JOBO est charpenté à l'impro, à base de rock certes mais grand ouvert au free. J'ai plongé direct.

  2. ELI KESZLER stadium / lasts signs of speed (shelter press 2018 / empty editions 2017)

    eli-keszler-stadium-lasts-signs-speed-shelter-press-2018-empty-editions-2017
    eli-keszler-stadium-lasts-signs-speed-shelter-press-2018-empty-editions-2017

    Chronologiquement et esthétiquement, c'est vers le superbe double LP (Noir) de chez empty editions (Berlin) que je me dirige. Les webzines attirés par l’expérimentation commencent à découvrir le batteur ELI KESZLER dans son versant électronique. KESZLER collabore autant avec des fameux FreeJazzman (écoutez 'Ithaca' avec Joe-McPhee) que des expérimentateurs sonores volubiles (Oren Ambarchi). Il devient aussi connu par ses installations en musée, il s’intéresse aux nappes qu'il agrémente de ses rythmiques caractéristiques. Ses rythmiques ?

S'abonner à ELI KESZLER