YELLOW SWANS going places + being there (Boomkat Records 2020)

>Being There by Yellow Swans
Going places by Yellow Swans

YELLOW SWANS c'est Gabriel Saloman et Pete Swanson. Tous ceux qui fréquentent  ou qui ont fréquenté Load records le savent. Ce deux musiciens américains se sont connus rockers, Gabriel jouait dans BOXLEITNER, a rencontré Pete à Portland en 2001 lors d'une tournée puis sont partis sur un délire électronique bruitiste en mode Nowave à caresser des boulons et à lecher le bruit de toutes les manières possibles et inimaginables.



Sarah Davachi 'Cantus, Descant' (late music 2020)

sarah-davachi-cantus-descant-late-music-2021

Musique de nuit, à patins, chutttt, des bons hommes glissent au sol sur la glace faisant des cercles vaporeux autour de cette musicienne américaine, organiste, chanteuse, je devrais dire 'sussureuse'. Ambiances monacales, les cordes trainent, les synthés s'envolent, ambiances évanescentes, quelque chose aussi d'une musique ancienne (médiévale ?) dans un château cosy.



KALI MALONE : Cast of Mind (Hallow Ground records 2018)

kali-malone-cast-mind-hallow-ground-records-2018

KALI MALONE est une jeune américaine qui vit en suède. Elle ère dans des univers de synthèse modulaire glauques mixant instruments à vent (acoustiques) saupoudrés d'électronique atmosphérique glaciale. Un trio d’instruments opère, je veux dire, des tessitures d'instruments à vent s’enlacent et s'accouplent. On imagine les cut & paste, on imagine les mix, on imagine le travail d’enregistrement : clarinette basse, basson, sax alto, ca c'est pour la rondeur et le drone; Le 'buchla 200' c'est pour la synthèse sonore.



HERMANN NITSCH : Orgelkonzert Jesuitenkirche 20.11.2013 (Trost records 2017)

hermann-nitsch-orgelkonzert-jesuitenkirche-20112013-trost-records-2017

Du Trost, du gros vynil bien de la campagne, ca tient le choc ces machins là. Double LP en 180 grammes. Pur beurre. Ce HERMANN NITSCH a des gros doigts bien lourds, tellement lourds qu'il les laissent traîner des plombes sur l'orgue de cette église jesuite à Vienne en Autriche. J'aurais aimé vivre ce concert en ce 20 novembre de l'an 2013 mais je me console les yeux fermés sur ce son énorme et cette reverb si profonde. Si tu aimes le drone d'église et si t'es fin pieux, tu aimeras ce superbe double Long Player mon fils !



Áine O'Dwyer - Music For Church Cleaners vol. I and II 2xLP MIE 2015

áine-odwyer-music-church-cleaners-vol-i-and-ii-2xlp-mie-2015

En janvier 2015, 500 copies de ce double LP sont sortis sur l'excellent label londonien MIE. Il n'en reste déjà presque plus. C'est un véritable succès pour cette irlandaise. Réédition de 2 cassettes sorties sur le londonien Fort Evil Fruit label, ces 2 vinyles ont eu sur moi un effet cathartique des plus inattendus. Áine O'Dwyer* a eu accès à l'orgue de l'église St Marks à Islington (Londres) alors que des ouvriers s'affairaient à nettoyer la robe majestueuse de cette vieille paroisse de Chapell Hill.



ANDREA BELFI : natura morta (Miasmah 2014)

andrea-belfi-natura-morta-miasmah-2014

Allez, c'est ma soirée "nature morte". Après ses travaux avec David Grubbs, Machinefabriek ou Ignaz Schick, Belfi nous revient seul. Direct, j'aime le son de batterie, une nappe traîne, c'est noir, c'est vieux, il y a quelque chose de mécanique, c'est tendu, comme une bonne vieille new wave. Je pense à LOSCIL sur Kranky, des nappes mélancoliques assombrissent l'atmosphère, le tempo est lent, puis disparait, ne laissant apparaitre que l'ossature de la musique de Andréa BELFI, des sonorités métalliques glaciales, couvertes de réverbération.



S'abonner à drone