FORDAMAGE volta desviada (Kythibong 2012)

fordamage-volta-desviada-kythibong

Je me rappelle d'un de ces vieux concerts Noise à la grande époque du Blockhaus DY10 à Nantes. J'avais pris une sacrée baffe. J'avais, je ne sais plus pourquoi, largué cette Noise dans laquelle je m'étais trop longtemps baignée pour aller voir ailleurs comment on pensait. Dans le free ? dans l'ambient ? Dans l'électro en core ? dans le HxC ? Je ne sais plus où j'habitais à cette époque. Cette dose de bruits, de fuzz et de jeunesse m'avaient éclaircis le paysage ce soir là. Les oreilles avaient saignées. C'était à l'époque du premier album je pense. Pour le concert de CHINESE STARS ? Un premier album très FUGAZIEN, fossilisé à jamais dans cet écrin de plastique moche. (Le plastique). Ces 4 là m'avaient franchement bluffés. Une chanteuse guitariste, Amélie Grosselin, entourée de 3 chibres post adolescents, dont l'odeur oscillaient entre celle d'une 8*6 un lendemain de cuite et celle, plus marine, d'un thon blond au relent pestilentiel. Faut connaître le Blockhaus. Et j'avais bu. Mais malgré mon air patibulaire et mes quelques années en excédent par rapport à leur âge, je m'étais royalement soigné. Donc, comprenez bien que ces 4 FORDAMAGE ont des tonnes de plomb dans le slip. On trouve en sus un deuxième guitariste, Vincent Dupas, dont le nom est personne quand il est tout seul sur son cheval à faire du folk (MY NAME IS NOBODY), un batteur rigolo qui aime la tribalité, PIERRE Marolleau, qui boursicote sur moult projets du grand Ouest, histoire de vivoter de ses baguettes (sur Rennes et Nantes...) et enfin Anthony Fleury dont l'icône absolue aurait bien pu être Joe Lally quand il jouait dans FUGAZI.  Ce quatrième album est dans la droite ligne du "belgian tango", toujours aussi dansant que le THE EX de l'époque de Luc EX, toujours aussi percutant mélodiquement que le FUGAZI sur sa fin, éructant, amalgamant voix, rythmes et amis. S'accompagnant ici de Gilles TROTTIN, le vieux voisin rennais et chanteur dans MOLLER PLESSET, ou là de Mric CHASLERIE, co-fondateur du label Kythibong et guitariste au sein notamment du superbe PAPAYE...  FORDAMAGE revient en équilibre, en bon équilibre, à l'intention toujours aussi positive, à la musique savamment cambrée, à la main pas encore arthrosée mais qui justement, mériterait peut être un petit coup de pouce, une situation de mise en danger, histoire d'éviter que les corps ne s'épaississent et que la balance ne se cambre du mauvais côté.



The website encountered an unexpected error. Please try again later.