MOLLER PLESSET CAR CRASH / LAB° / HEADCASES Vendredi 27 mai 2005 La Barakason / Rezé

On arrive en retard à la Barakason de Rezé, il est donc difficile d’apprécier réellement le set de Headcases qui se termine. Trois, quatre morceaux…pas simple de se faire une idée précise de la prestation des charentais. On notera que le son n’est pas bon et malgré l’énergie du trio, la fine puissance mélodique de leur « power post grunge » semble complètement passé à la trappe. C’est déjà l’heure de faire une pause boissons on s’aperçoit alors qu’il y a qu’une petite affluence pour cette soirée organisée autour du lancement du deuxième album de Car Crash. Est-ce les premiers beaux jours qui ont fait fuir les spectateurs ou l’affiche avec des groupes confidentiels…enfin il y a quand même Lab° ? ! Moller Plesset prend la place encore chaude de Headcases pour délivrer un concert ponctué de nombreux problèmes techniques. Leur noise rock à la Us Maple version Condense (pour faire très court !) n’a pas l’éclat de leur excellente première partie de Bellini d’y a quelques mois, il n’empêche, les compos me ravisent une fois de plus. Les morceaux tirés de leur nouveau cd ont déjà une place de choix dans le set. Le chant n’a jamais été aussi au point que dernièrement. C’est le cas ce soir aussi. La musique des Rennais fait rapidement fuir une grande partie de la petite audience. Là encore le son n’est pas terrible et ne permet pas au groupe d’agrandir son cercle d’initiés. Dommage. Puis c’est l’heure de Lab°. J’avais découvert cette formation à la sortie de leur premier album il y a quelques années déjà lors d’un concert très promoteur qui laissait transparaître les influences noisy et sombre sur une base dub carrément bien foutue. Leur disque n’était pas à la hauteur de la prestation mais on avait là un combo très intéressant pour la suite. Une suite que je n’ai suivie que d’une oreille il faut bien le dire. Mais l’écoute de leur quatrième opus müs, sorti sur Crash Disques en mars 2005, avait de nouveau suscité ma curiosité. Donc Lab° monte en scène… alors que Moller Plesset n’est pas encore descendu. Le groupe se précipite pour monter son matos avec un empressement qui frôle le ridicule. Passons. Le concert commence et là on s’aperçoit que ça aide de faire une balance pour faire sonner un groupe. Moller Plesset et Headcases s’en souviendront ? ! Le combo de région parisienne envoi son dub rock noisy comme il faut. Le son est puissant mais la présence scénique fait défaut. On a carrément l’impression que le groupe se fait chier sur scène. Et du coup moi aussi. Les morceaux se suivent et se ressemblent tous. Sans énergie particulière, se répétant, Lab° ennuie plus qu’autre chose. Et ce n’est pas le jeu de lumière balourd et aveuglant que sauvera le groupe ce soir. Le combo semble coincé dans ses samples, dans son jeu au millimètre. Pas de place pour l’émotion. Rien. Le néant. Tout semble pro chez Lab. Une caractéristique qu’il partage avec de nombreux groupes actuellement (Ezekiel, High Tone,…). Des groupes qui semblent passer plus de temps en filage qu’en salle de répète et donc on a à faire une sorte d’ersatz de musique… Ou c’était peut être un mauvais soir tout simplement ? ! Il est tard. Il fait très chaud dans la MJC de Rezé quand enfin Car Crash monte sur scène. Ils attaquent directement avec leur tube qui fait très Girls Against Boys tiré de leur deuxième album plutôt réussi. Les néo nantais ont gagné en présence depuis la dernière fois que je les ai vus. Leur post hardcore made in Washington DC s’est délesté d’effets ronflants. Les morceaux accrocheurs s’enchaînent. Un coup de Fugazi par-ci, un coup de Sonic Youth par-là, ça passe parfois un peu en force mais ça fonctionne. Le set est trop long à mon goût. Il s’étire dangereusement lorsque le violoniste d’Orange Blossom les rejoints pour…gâcher la fête. En effet, à peine il a mis un pied sur scène qu’il sollicite déjà le public. La star c’est lui. On a compris. Pourtant on le verrait plutôt dans E.V ou dans Matmatah si vous voyez ce que je veux dire ! Dommage qu’il ne s’inspire pas des apparitions discrètes et réussies du saxophoniste bien plus dans le ton de la soirée. On ne s’attarde pas car demain…une dure soirée s’annonce…Jesu, Isis, Dalek…Poitiers. Le Confort Moderne. Et là c’est une autre histoire. http://mollerplesset.free.fr http://www.barakason.com



The website encountered an unexpected error. Please try again later.