MANINKARI psychoide / participation mystic cd conspiracy records 2007

MANINKARI psychoide / participation mystic

Il y a des musiques regénératrices, de celles qui, pour tout un chacun, et surtout moi pour le coup, remettent les idées en place et donnent l-envie de rechercher encore plus loin. La musique de MANINKARI fait partie de celles là... Duo des frères « CHARLOT » (c-est leur nom) originaires d-un PARIS souterrain gorgé de liberté musicale, de noires rues étroites pavées d-une mélancolie violente comme on a pu l-entrevoir dans les ombres du SCHAMS d-Eric CORDIER (Vielle à roue) il y a une dizaine d-années sur l-excellent SHAMBALA (de la même ville), MANINKARI est un duo violoncelle / batterie / électronique. Un duo qui sait utiliser les instruments de ceux qui savent : le rythme pour manger et découper la chaire, le violoncelle (et les cordes en général...) pour le goût et le souvenir. Et quand le rythme se fait violent, tribal et à l-écoute, et que la mélodie boucle dans des sons de cordes à l-atmosphère pesante, le tout me file le bourdon en deux temps trois mouvements. Ces deux longs morceaux donnent des envies de créer, des envies d-apprendre et des envies de voyage intérieur. Certes, c-est noir, c-est assez BASTARD pour y aller rapido, car BASTARD a réussi à mettre la corde en boucle dans un format pop (c-est leur plus grande trouvaille / volée à PHILIPP GLASS voire à TONY CONRAD... qui eux même ont...) mais ici, on sent que les deux frères veulent s-en échapper, qu-il reste encore du chemin à faire et que la plénitude ne sera atteinte que dans la quête de leur propre mantra via un voyage initiatique intérieur et profond comme un LOBSANG RAMPA seul à l-écoute de son corps dans sa grotte à chercher son soi. Les 2 remixes qui suivent sont loin de satisfaire ma langue, celui de SCANNER aka ROBIN RIMBAUD (qu-on a connu plus heureux) me fait penser à un truc sur TF1 avec des mélodies qui bavent de partout et qui n-a rien à voir avec ce que j-ai ressenti à l-écoute des morceaux originels. Celui de BROADRICK me va mieux mais reste tout de même limité par les machines notamment dans la finesse du jeu de batterie (toujours les mêmes sonorités de toms...) et les cordes trafiquées qui sonnent direct new wave par triturations électroniques (ca ne me déplait pas mais c-est bien loin d-être aussi fin qu-un vrai jeu de corde...). Bref, Il me manque le vrai. J-attends franchement rapidement la suite de ce MANIKARI. Je ne pourrais pas vous parler de la pochette car je n-ai qu-un malheureux bout de papier imprimé en guise de pochette... http://www.conspiracyrecords.com



The website encountered an unexpected error. Please try again later.