DON VITO / LE SINGE BLANC / DO YOU COMPUTE? mercredi 19 mars 2008 Mains d’œuvres, Saint Ouen

DON VITO_Le Singe Blanc / Do You Compute?_mercredi 19 mars 2008

Back to Main d’œuvre, faut croire que j’y ai pris goût… cette fois, ce n’est pas la famille qui m’accompagne, mais les copains free-rockeux de NO SHANGSA (un excellent groupe constitué de trois non moins excellentes personnes) et le guitar-hero du groupe de néo-hard-rock mosellan et assimilé THINK KASTENDEUCH. Le programme s’annonce sympathique : DO YOU COMPUTE? le all-star band de la scène « indie-rock-pointue » parisienne ouvre pour les messins (encore !) de LE SINGE BLANC et le trio DON VITO, teuton de son état et non ritalien comme son patronyme pourrait le laisser entendre. « Comme vous le savez, on est DO YOU COMPUTE »… oui, c’est vrai… et on sait aussi que le groupe compte en ses rangs un chanteur de REVOK à la batterie (et aux chœurs ?), un guitariste-chanteur de USE OF PROCEDURE encore à la guitare et au chant, le label manager de Rejuvenation Records (et ex-SEANEWS) aux chant et basse et/ou guitare, et un autre REVOK ( ?, le guitariste ?) à son instrument de prédilection et/ou à la basse. Depuis que le groupe s’est monté, il a écumé une bonne partie des scènes de sa scène… scènes constituées principalement des caveaux des rares rades accueillant bon an mal an de rares concerts de rock bruyant… mais c’est la première fois que je les vois. Les morceaux de leur démo que j’ai pu entendre ça et là (sur, myspace en fait, mais chut…) sont assez excellents et accrocheurs dans le genre, mais ce soir ça le fait moins. Ce qui à mon avis est une des forces des parisiens, à savoir les arrangements chiadés entre les deux guitares, sont difficilement audibles ce soir… la faute, probablement, à un son qui ne fait pas du tout honneur à leur « indie-rock-noisy-post-hardcore » tendu. Le quatuor achève son set sur un quizz-reprise : un morceau de TANTRUM peut-être tiré du mini « Into Thin Air » sorti entre « Twisted In Anguish » et « The Frontier Bursts Into View »… d’après ce que j’ai compris de la réponse au quizz, mais pas de ce que j’ai entendu (mais je ne possède de toute façon du groupe que les deux derniers albums, ce qui est loin de faire de moi un spécialiste). LE SINGE BLANC, trio constitué de deux bassistes-chanteurs et un batteur, prend la suite. Ce groupe de Metz (ou à peu près), en activité depuis quelques années déjà, est donc en tournée avec DON VITO, autre trio déjanté, mais plus allemand que mosellan. J’avais reçu un pack promo à une époque où le trio se qualifiait de « rock régressif », et malgré cette formule double basse + batterie que j’affectionne, ça ne m’avait pas plus plu que ça. Une amie parle d’eux comme étant « du scat sur du post-rock »… à savoir des onomatopées échappées d’un langage d’invention (merci MAGMA pour l’inspiration ?) sur une musique tendue toute en circonvolutions qui s’avère finalement très dansante et festive, comme en témoigne le public enthousiaste et gesticulant… ça joue grave, c’est bien carré comme il faut, c’est maîtrisé et ça sonne du feu de dieu, mais faut aimer… mes camarades de concert de ce soir sont divisés, et moi partagé : question de goûts. Le troisième groupe, et deuxième trio mais cette fois de Leipzig, mixte, et guitare + basse + batterie, à savoir DON VITO enchaîne derrière le primate albinos. La formation est parfois décrite comme une synthèse de ZU et de SHELLAC. Le premier pour le côté italien du nom du groupe ? Peut-être un peu, mais pas seulement : la folie free qui anime le trio peut effectivement rapprocher les deux formations à bien des égards… quant à la référence au groupe de Chicago, la Travis Bean(-like ?) en alu y est probablement pour beaucoup, mais ça ne fait pas tout. Là encore ça envoie bien comme il faut : gros son noise, breaks free-jazz, énergie punk, cris primaux sans micro. Bruit, enthousiasme, agitation, plaisir d’offrir, joie de recevoir… le tout est aussi difficile à suivre et à décrire qu’il peut être difficile à vivre pour certains… surtout lorsque le guitariste confie son instrument à un membre du public qui fera bien des jaloux pour un final des plus noisy à cette bien bonne soirée. http://www.donvitodonvito.de http://www.rejuvenationrecords.com/dyc



The website encountered an unexpected error. Please try again later.