FLEX ! U.S. Hardcore discography BOOK ##2 720 p, n/b, Flex the book, Allemagne 2003

La sortie du livre Flex! 2 amène de nombreuses remarques. Tout d-abord que cela vienne de l-Allemagne ne fait que confirmer -l-américanisation culturelle- de l-Allemagne. Si un pays fut réactif au Hardcore nord-américain, ce fut réellement l-Allemagne. Cette Allemagne (avec le Japon?) apparaît depuis une vingtaine d-années comme le plus grand marché commercial du hardcore et du punk international. Sans compter le nombre de labels, distributeurs, de groupes et de fanzines issus du hardcore (et non du punk). On pourrait citer des douzaines de labels (de x-mist à Skulls, les vieux d-aggressiv records ou we bite), des centaines de groupes (de Razzia à Morser en passant par erosion, age, etc.), des dizaines de petites distro et une bonne poignée de fanzines intéressants (par exemple Ox). Bref, la scène hardcore allemande a toujours été très vivante et très organisée. Elle n-a jamais manqué de souffle, de dynamisme, de créativité et a su rayonner en dehors de ses petits landers. C-est un point fort, mais aussi une extraordinaire faiblesse, peut-être même la première limite de cette discographie: concerner seulement le hardcore us. Dommage que la dimension internationale du hardcore ne soit qu-intégrer qu-à travers les compilations. Je regrette que toutes les scènes hardcore européennes ne soient pas répertoriées et soient exclues de la démarche de Flex! Cela aurait permis de rééquilibrer les choses et surtout montrer que justement le hardcore n-est pas u.s. Là dessus, on est tous d-accord et en plus -ici- la scène inconnue est plutôt l-européenne. Bref. En plus, le sous-titre est trompeur. Le livre inclut une grande partie de la scène hardcore canadienne et prouve une bonne connaissance de Viletones, Genetic Control (dont le ep hardcore oldshool très bon vient d-être réédité en boot par Reagan Area rec.), à doa, neos (enfin bien reconnu comme un classique indispensable), nomeans, dayglo arbortions et les plus inconnus les montréalais de Zyklon B ou encore the swarm. Pas tellement us. Il aurait mieux valu faire ou participer à la réédition de Smash The State, l-introuvable livre retraçant la discographie du punk-hardcore canadien, sorti en 1996 et assez cher à l-époque (avec un ep). Autrement, aucun problème, le flot de connaissances est rigoureux, étendu et très pointu. Sans être universitaire! Les commentaires en anglais et en allemand sont, je trouve, très justes et très honnêtes, y compris sur le skincore new yorkais, le punk 77 et le hardcore 80. C-est bien, sans trop en rajouter dans la légende ou le sentimentalisme ou pire la démarche collector. Les rééditions sont privilégiées, les multiples éditions notées, les tirages particuliers et les trucs plus gros (minor threat, black flag, yot, etc) sont disséqués. C-est aussi un outil pour le collectionneur, le vendeur et l-acheteur de disques. C-est ce côté nécrologique qui agace un peu. Mais, bon pour les autres, c-est tant mieux. Tant mieux car Flex! tient aussi compte des nouvelles scènes hardcore. Il met dans la chronologie ce qui en a été exclu (en France particulièrementS) les born against, citizen arrest, go, iconoclast, merel, Uranus, locust, dropdead, etc. Tout cela forme un tout dans la forme, dans les commentaires et dans les chronologies. Maintenant, un peu plus hardu est la question de savoir ce qu-est le hardcore et quels groupes composent la diversité de ce mouvement. Là Flex! a choisi de ne pas trancher. De laisser le lecteur libre dans sa propre analyse. Mais, il y a quand même un problème qui n-est pas que sémantique. Les albums de Bob Mould sont inclus dans le hardcore. Une grande part l-anarchopunk (profane existence) est absente. Ou mieux encore The Last, un très grand groupe qui a remodernisé le 60s pop aux débuts des 80s est inclu lui aussi. Screamers ou Mudhoney est-il hardcore? Toute la discographie de Husker Du, de X, de social distorsion font-elles partie du hardcore us? C-est un des points faibles de ce travail. Un manque de rigueur ou une ouverture du hardcore sur d-autres tendances ? C-est bien et tant mieux (là n-est pas la question), mais cela laisse dans l-ombre pas mal de groupes. Autres limites, aucune chronique sur les cassettes, les fanzines et les vidéos. Pour moi, c-est le problème: ne pas avoir inclu le support cassette quand on sait l-importance de celui dans les 80s. Là je comprends pas. Autre et dernier petit inconvénient. Ce numéro 2 complète le numéro 1 que l-éditeur se refuse de rééditer (on a des principes des fois un peu cons!!!). Il est très difficile de savoir ce que complète ce livre. Par exemple, il manque l-un des meilleurs groupes hardcore des 90, Los Crudo Est-il dans le Flex 1? Ou encore si la disco de Spitboy est incomplète, est-elle dans le Flex 1? Flex 1 épuisé. Donc dommage pour le complément. Voilà pour ceux qui regrettent les deux volumes de l'International discography of the new wave qui étaient très bons, internationaux, et qui sont hélas épuisés depuis 20 ans! Pour ceux qui s-intéressent au Hardcore américain, c-est une belle somme et une belle compilation en espérant qu-elle soit complétée pour les us et pour le monde. Le prix de vente est assez cher ­ici 50 dollars-, pour ceux qui ne peuvent, il y a le site internet un peu sec. Autrement sur le punk hardcore us, je ne saurais que trop vous conseiller d-aller voir aussi le site du www.collectorscum.com <http://www.collectorscum.com/&gt; . Alors, c-est avec toutes ces remarques, que ce livre est indispensable Bonne lecture quand même! Et attention au porte-feuille! C-est bien là le principal danger de ce livre. http://www.flexpunk.com



The website encountered an unexpected error. Please try again later.