CONVERGE you fail me cd epitaph 2004

converge-you-fail-me-cd-epitaph-2004

Cela commence toujours par une nouvelle aube. Un coup de guitare sur une autoroute infinie avec un soleil flamboyant, rouge vif, qui se lève pour donner un nouveau jour, sous un ciel bleu azur, que l’on sait primordial, rempli de nos désirs, de nos frustrations perdues à l’avance, de nos rêves les plus purs; une nouvelle fois, seul face à nos illusions…. Là en plein sur une autoroute ou au milieu du périphérique, au milieu de nulle part à contempler ce disque jaune brillant monter dans le ciel. À attendre le camion qui fonce inlassablement droit devant toi, ou plutôt en plein dans ta gueule. Pour finir en œuvre d’art : acier contre chair. Le dernier happening, le cœur en l’air, les tripes sur le bitume, les côtés levées sous les pneumatiques, des veines trouées dégoulinant des flaques de sang rouge vif. Imparable. Fatalité. Prévisible. Une chance sur cent sur mille, sur dix mille. Le résultat est là. De cette ville de l’hystérie américaine. De la paranoïa exacerbée. À dénoncer les suppôts de satan, à brûler vif la moitié du village aux nom sanctifié de Dieu et de la pureté humaine. Des puribonds qui mettent le feu aux femmes. Des moribonds en jouissance. Y a pas pire. Place ! Place ! Aux poids lourds ! Au monstre de Salem ! À ses feu follets, à ses feux de bengale, à sa danse en tourniquet, à ses derviches tourneurs, à ses messes noires, à ses golems, à ses marabouts damnés et à son nouveau culte : CONVERGE. Faites place, esclaves ! Voici le Laocoon de la nouvelle aube du Hardcore. Voici Jésus, Azraël, Ali et tous les autres crevant dans la glaise et saignant pour nos péchés, pour nous rappeler de nos cauchemars : notre sang boue goutte par goutte, bout à bout, coule dans nos corps, au rythme cardiaque de nos morts quotidiennes. De nos déchirures. De nos petites illusions. De nos moindres vies échouées sur le bitume. Va–t-il jaillir une fois pour toute ? Le temps d’une vie. Le dernier converge est tout simplement un laocoon qui abandonne le métal pour reprendre dix ans d’évolution radicale du hardcore. Une richesse incroyable avec toutes les références possibles (du protestant de rorschach, de born against en passant par From Ashes Rise au junkyard de birthday party, etc.). J’ai rien à rajouter sur Converge et cet album qui parlent d’eux-mêmes. Chapeau bas, mesdames et messieurs, voici le dernier album de Converge ou le nouvel écorché de Fragonnard…. http://www.convergecult.com http://www.epitaph.com



The website encountered an unexpected error. Please try again later.