ALESSANDRO BOSETTI & CHRIS ABRAHAM : a heart that responds from schooling (Unsounds 2015)

 alessandro-bosetti-chris-abraham-heart-responds-schooling-unsounds-2015

C'est le deuxième album du duo italo-australien où l'on retrouve Chris ABRAHAM au piano* et ALESSANDRO BOSETTI au chant et à l'ordi. BOSETTI est intéressé par la poésie sonore et par le langage dans son côté arty, il triture les voix, les malaxe à l'aide de la souris, ou pas, chante en anglais, en italien et parfois même en français comme sur le dernier titre "la nourriture", un peu dans la lignée de ANNE JAMES CHATON mais avec un côté jazz sacrément prononcé (et aussi bien moins sombre que son comparse de Montpellier**). Ici on parle d'académisme mais d'un académisme dérangeant. Oui ce sont deux esprits libres dans un espace confiné. C'est leur choix. Attention, je ne vois ni cravate rose ni de gros points rouges sur des chemises jaunes. Ici on a du style et bien plus que çà. Le titre de référence pour ce disque, c'est "esteem", une composition de Steve LACY où le chanteur pose sa voix perchée sur un fil à 15 mêtre de haut. En vrai funambule, il traverse l'espace sans jamais commettre la moindre faute. Éprouvant pour les nerfs mais çà passe et c'est sacrément étonnant. "bridges" est même peut être encore pire dans le côté crooner dandy toute en finesse "casse gueule", la voix monte tellement haut que c'est un chuchotement qui sort. Le piano est lui aussi sacrément réfléchi, et les rebonds entre les deux musiciens sont bien vus, j'aime beaucoup ce jeu et ces appartes électronico-MIDI où on a l'impression que ABRAHAMS tourne un simple contrôleur MIDI tellement le doigté galope. Ce second disque du duo est vraiment étonnant, autant ouateux, crooner, calme, jazzy, propre que libre, pensé, intelligent et déstabilisant.

* : surtout connu comme pianiste dans le superbe THE NECKS avec TONY BUCK à la batterie & Lloyd SWANTON à la basse
** : BOSETTI vit à Marseille parait il !

http://unsounds.com/



The website encountered an unexpected error. Please try again later.