PSYCHEDELIA VOLUME ONE compilation Northern Star records 2006

PSYCHEDELIA VOLUME ONE compilation

Présenter une compilation comme un panorama – non, comme LE panorama – de la scène psychédélique actuelle (underground certes) est une démarche à mon sens risquée de la part d’un label (pour ne pas dire autre chose). Parce qu’au mot « psychédélique », l’imagination vagabonde… ah… cette fameuse scène influencée par les années soixante-dix (et fin soixante), dans la lignée d’Hawkwind… En même temps, cette compilation serait une « Révolution » (je cite et traduis) : « Nothern Star ne sont pas concernés par le passé. Nous regardons vers le futur. Oubliez tout ce que vous avez entendu avant, c’est l’an 0, le premier jour. La Révolution est en marche ! (…) ». Oui, c’est un peu pompeux, un peu excessif… Evidemment, mon premier réflexe a été de chercher Acid Mother Temple. Ils ne sont pas de la partie. D’ailleurs, point de groupes de ce style sur Psychedelia Volume One. C’est qu’il ne faut pas attendre autre chose que du neuf… Bon qu’en est-il vraiment ? La première chose à signaler, c’est que tous les groupes présents, underground ou pas, offrent une musique de qualité, au moins en terme de production et d’exécution. Ensuite cette compilation permet de comprendre que le terme « psychédélique » ne veut plus dire grand chose, ou veut tout dire, tant le domaine qu’il couvre est vaste… Ca va de la gentille pop indie façon British (limite variété dans le cas de Daydream Nation – mais ça n’est pas chanté en français, ah, ah !…) à des titres tout à fait expérimentaux, comme l’ambient des Telescopes. Ce qui veut dire qu’il y en a pour les goûts. Non, il n’est pas possible de tout aimer, et il y a fort à parier que deux auditeurs que beaucoup de choses séparent pourraient aimer cette compilation pour des raisons différentes (donc des groupes bien différents). Ma sélection ? The Black Angels et leur « Black Grease » (guitares et basse Big Muffisées, tension dans la composition) – genre de titres qu’on écoute en boucle –, Brian Jonestown Massacre (un groupe dont on commence à entendre parler, qu’on peut rapprocher de My Bloody Valentine, pourquoi pas), Headquarters, Black Nite Crash (comparaison qui pourrait me conduire tout droit à la potence : Monster Magnet dans son côté le moins lourd), The Electric Mainline et leur curesque « We Are now », Snowdonnas dont les guitares (mais aussi la batterie très en retrait) pourraient lointainement évoquer feu Flying Saucer Attack. Peut-être par timidité, les excellents ovnis que sont les Telescopes et Say Jansfield (voix féminines et electro, un peu dans la lignée de Toyhestra ; à mon avis le meilleur morceau de la compilation) ont été relégués à la fin du disque. Cette sélection suffit à elle seule à valoir à cette compilation qu’on lui offre une oreille attentive. http://www.northernstarrecords.co.uk



The website encountered an unexpected error. Please try again later.