MONARCH Hell CD Throne Records / Solitude Records / Ninja Tuning / Chimères 2005

MONARCH Hell

Souvenez-vous (je peux, je commence à me faire vieux…). Il y a une quinzaine d’années : le premier album de Paradise Lost, des groupes comme My Dying Bride, Anathema… C’était le premier revival du Doom… Mais personne dans la scène hardcore (au sens large, hein) n’aurait osé dire qu’il écoutait ça. C’était ringard – je m’en souviens. Depuis quelques temps, le doom a le vent en poupe ; à en juger par Myspace, c’est même devenu plutôt hype d’écouter du doom (Sans doute que la percée de groupes comme Khanate et SunnO))) y est pour beaucoup)… Au pire, si on craint encore d’être ringard, on dit qu’on est branché sludge…. Alors quand j’ai découvert Monarch, je les ai soupçonnés de prendre le train en marche… A tort. Certes, l’imagerie enfantine (excellente de second degré !) pourrait aller dans ce sens. Mais comment faire une musique aussi terrifiante sans l’assumer ? Non, finalement, je crois que leur démarche est particulièrement sincère : selon certaines rumeurs ils auraient même réenregistré cet album par qu’il n’aimaient pas la première version.Les Monarch sont aussi terrifiants que l’était en son temps Black Sabbath – mais la comparaison s’arrête là. Leur musique est monolithique – à l’extrême. Monochrome. Moémotionnelle. Aucune concession : jamais d’accélération, jamais de mélodie (au sens classique), et un double CD pour seulement trois titres. Pour trois titres qui vous prennent aux tripes, avec des accords qui vous tombent dessus comme des montagnes sur la tête (ça arrive rarement dans les Pyrénées basques m’objectera-t-on ? Alors écoutez Monarch), avec des larsens qui vous lacèrent les oreilles, avec une voix (c’est une chanteuse !) écœurée comme jamais. On se sent bien seul dans leur musique, tellement qu’elle met en transe : la perception du temps y est à ce point altérée que 85 minutes paraissent trop peu, vraiment trop peu. Pour moi, c’est l’un des plus grands groupes de doom actuel. Parce qu’ils réussissent le tour de force de renouveler un style pourtant très balisé – en le poussant dans ses derniers retranchements. C’est l’un des meilleurs groupes de doom actuel et même l’un des meilleurs groupes d’extrême. Non. C’était : on vient de m’apprendre qu’ils spliteraient après leur nouvel album. http://www.thronerecords.net/



The website encountered an unexpected error. Please try again later.