Hildur Guðnadóttir : Leyfðu Ljósinu (Touch 2012)

hildur-gudnadottir-leyfdu-ljosinu-touch-music-2012

Séduit par son excellent double LP "Without Sinking" (Touch 2009), j'ai vite couru chez mon épicier favori pour découvrir le tout nouvel opus de la talentueuse  violoncelliste islandaise. Connu pour avoir collaboré avec Pan Sonic, Throbbing Gristle et Múm, HILDUR GUDNADOTTIR s'est acoquiné avec Touch dont elle partage le gout pour le climat sonore, le visuel et l'expérimentation. Multi-instrumentiste, elle joue de la harpe et du vibraphone, elle chante, elle n'hésite pas à utiliser l'électronique, les pédales, looper et autres boites noires électroniques. Mais HILDUR GUDNADOTTIR est d'abord une musicienne. On sent bien d'ailleurs que la finesse de ses doigts va de paire avec l’extrême préciosité de sa musique. Il y a ici un quelque chose lié au raffinement. C'est fin. Contrairement à son précédent "without sinking" et ses nombreux morceaux, "leyfdu ljosinu" est lui composé de deux uniques titres, un premier jet instrumental de 4 minutes au violoncelle solo puis un second de 35 minutes qui débute par l'apparition de son chant de sirène très personnel. Une boucle s'instaure, une relation aussi, ça flotte paisible... Mais quelque chose rode... Cette manière de saupoudrer les nappes de cordes amène une saveur vraiment délicate. Le parti-pris de tirer sur le temps combiné à ces choeurs engloutis, très lointains, évanouis, touche à la spiritualité. Je pense à ECM, au HILLIARD ENSEMBLE, à un long voyage, apaisé, une beauté du nord où la tension est toujours sous jacente et qui ne fait jamais apparaître ni geyser, ni explosion. On sombre tout doucement. Ce disque est en fait un concert enregistré en janvier 2012 au "Music Research Centre" à L'université de York. Un solo où l'on s'engloutit corps et âme, une danse sous l'eau pour s'abandonner au délicat chant de la sirène...

http://www.touchmusic.org.uk/



The website encountered an unexpected error. Please try again later.