ENVY insomniac doze cd Rock Action Records 2006

ENVY insomniac doze

« a dead sinking story » fut plus qu’une déception. Si on pouvait largement comprendre que le combo japonais ait de nouveau l’envie de faire évoluer sa musique je fus surpris de la maladresse et du manque d’inspiration évident avec laquelle Envy peina à mettre en forme quelques morceaux qui sentaient plus la juxtaposition de plans éparses qu’un véritable travail d’écriture.



MICROFILM stereodrama cd Paranoid Records / Rejuvenation Records 2007

MICROFILM stereodrama

Ce second album des poitevins, « stereodrama » est offert avec des lunettes (!!) afin de pouvoir regarder la pochette en 3D ainsi qu’une vidéo alternant passages live (au Confort Moderne) et montages vidéo de films. Peut être une façon de se rapprocher de ces vieux film que l’on pouvait voir en 3D lors de leur sortie en salle dans les années 60. La musique quant à elle est toujours ce rock instrumental aérien et mélodique entrecoupé de samples de films comme Night of the living dead ou Solaris.



OMEGA MASSIF geisterstadt cd Radar Swarm Records 2007

OMEGA MASSIF geisterstadt

Ces allemands de Wurtzbourg ont sorti une démo en 2005 qui a plutôt marqué les aficionados de rock instrumental à tendance heavy et épique. En 2007 Omega Massif sort son premier album qui m’a fait un joli effet. Très contemporain, on pourra situer grossièrement ce quatuor entre les débuts d’Isis (Celestial, inclus) et un Pelican qui aurait pondu un opus entre ses deux premiers albums (??). Pas convaincu ? Moi non plus ! Au-delà de ces deux évidences musicales.



MASERATI inventions for the new season cd Golden Antenna 2007

MASERATI inventions for the new season

En provenance de la prolifique ville d’Athens, Etat de Georgie USA, Maserati a déjà sorti plusieurs disques (7’’, split) dont un album courant 2002 passé un peu inaperçu et pour cause. Dans le vaste « monde » du rock instrumental Maserati n’était alors qu’un groupe de plus. L’arrivée d’un des batteurs de !!! dernièrement fut salutaire à l’écoute de ce deuxième opus qui m’a complètement emballé. Retour à la source pour ces huit titres.



SPAM s/t cd autoproduction 2005

SPAM s/t

Malgré des problèmes récurrents de diffusion propres à l’histoire de la ville, Tours a toujours su proposer à intervalles réguliers des formations rock passionnantes (Forguette Mi Note, Portobello Bones…). Spam fait parti de ce wagon là ! Ce trio basse, batterie, guitare (et quelques discrets samples) surprend à l’aide de ce premier album qui est une réelle réussite. Leur musique (quasi) instrumentale est posée, pénétrante, tendue et climatique, tout ça à la fois. Les changements de tons, d’ambiances savent se multiplier et faire évoluer la musique du trio tout le long de ce premier album.



ISSUE SIXTEEN …and staring at her hands Ophélia said... cd New Romance For Kids Records 2006

ISSUE SIXTEEN …and staring at her hands Ophélia said...

Cette formation de Montréal, avec le batteur des excellents The Discord Of A Forgotten Sketch, propose ici son troisième album en même temps qu’ils reviennent d’une longue tournée européenne en compagnie des français de The Sons Of Saturn. Si les trois premiers morceaux font la part belle à un « émo core » du meilleur cru (the Get Up Kids, Braid, Jejune) dès la quatrième plage l’énergie « gentil punk rock » s’efface pour laisser place à une musique d’inspiration plus contemplative aux effluves Mogwaiesque, pas si loin d’un Explosion In The Sky dépouillé d’effets de style.



PELICAN march into sea cd Hydra Head Records 2005

PELICAN march into sea

Pelican est l’une des rares formations post hardcore « sludgisante » qui m’excite réellement le fion ces derniers temps. Je ne sais toujours pas pourquoi mais j’ai quelques indices. Pelican joue une musique heavy avec toujours l’héritage de Black Sabbath sur les bras. A cela on rajoutera une approche prog-rock complètement digérée ainsi que de jolis passages post rock jamais académique. Cet EP regroupe un époustouflant nouveau morceau de vingt minutes qu’on retrouvera dans une version très raccourcie sur le deuxième album à sortir courant 2005 et un remix.



EQUUS eutheria cd Get A Life Records 2008

EQUUS eutheria

Ce trio formé autour d’un ex membre d’Impure Wilhelmina nous vient de Genève. Ce disque se présente dans un joli digipack et comporte trois tracks qui font un seul et même morceau d’après ce que j’ai compris. Le premier « tronçon musical » dure environ trente minutes, le second plus de vingt et « epona » clôt ce long album en quinze minutes et trente huit secondes. Vous l’aurez presque deviné, avec Equus on a droit à de la musique progressive. Cette dernière épouse aussi des contreforts post rock instrumentaux bien actuels (Explosion in The Sky, Mono, Mogwai…).



MICROFILM a journey to the 75th cd J.Rprod/ Rejuvenation Records 2004

MICROFILM a journey to the 75th

En quelques mois le trio établi à Poitiers s’est rapidement transformé en un quatuor afin d’affirmer les bonnes dispositions entendues sur leur démo enregistrée courant 2003. Sur son premier album, Microfilm joue une musique d’où s’échappe un “je ne sais quoi” qui fait que j’y reviens régulièrement sans m’en rendre compte ? Pourtant les chansons de Microfilm n’ont rien de particulièrement aventureux à la première écoute. Ici on est en terrain connu.



SUGARTOWN CABARET the first time I lost the road map cd Paranoid Records / Abstraction 2007

sugartown-cabaret-the-first-time-i-lost-the-road-map-cd-paranoid-records-abstraction-2007

L’air de rien, modestement devrai je dire, Paranoid Records a sorti trois superbes albums durant l’année 2007. Et cela dans des genres musicaux archi rabachés ces derniers temps, je parle bien sur d’émo hardcore avec l’excellent deuxième album d‘Hot Cross « risk revival » (que certains se plairont à détester) et le très inspiré « stereodrama » de Microfilm (je pouvais pas dire génial on pourrait dire que j’en fais trop…).



S'abonner à explosion in the sky