EVAN PARKER : monoceros (Psi 15.10 / Emanem records 2015)

evan-parker%C2%A0-monoceros-psi-1510-emanem-records-2015

Réédition d'un des disques phares du saxophoniste anglais (1944). Un solo au soprano de quatre parties improvisées qui date de 1978. La première, « monoceros 1 » joue le souffle continu à des hautes fréquences proches d'un synthétiseur en mode ultra pitchée, plages de vie stridente, tout dans la fraise, qui tourne, qui tourne, qui tourne. Alternent ensuite ses caquètements caractéristiques, puis d'autres plages de hautes fréquences, des temps en saccades de cris pointus, vifs, pas de pause, il souffle en boucle, en course, Evan Parker n'est pas là pour plaire.

PARKER / DUNMALL / BIANCO : extremes (Red Toucan records 2014)

parker-dunmall-bianco%C2%A0-extremes-red-toucan-records-2014

« extremes », avec un nom pareil et un pedigree de fous furieux aussi conséquents, j'ai couru. Et je n'ai pas été décu, une course effrénée d'une demi heure pour commencer, des bourrasques de cuivre succèdent aux bourrasque de cuivre, des rythmes soutenus succèdent aux rythmes soutenus, qui eux même se mélangent aux tornades de cuivre.

PISA 1980 improvisors symposium Cd Psi / Emanem Records 2004

PISA 1980 improvisors symposium

Ya des disques comme ça qu-on découvre sur le tard. Celui ci est daté, c-est un concert de musique improvisée qui date de 1980. 24 ans. Putain. Les jeunots de l-époque, c-était quand même derek bailey, barry guy, george lewis, evan PARKER, Rutherford... etc... Un big band à grandes oreilles, chacun à l-écoute de l-autre. C-est du free jazz, oui, du vrai, entre cris et chuchotements, entre guerre et paix. Le cuivre est ici à l-honneur.

LONDON IMPROVISERS ORCHESTRA responses, reproduction & reality Cd Emanem Records 2004

LONDON IMPROVISERS ORCHESTRA responses, reproduction & reality

Le LITTLE HUEY LEVIS ORCHESTRA, ca vous dit quelque chose ? oui sans doute si vous êtes déjà accoquiné avec ce génial contrebassiste qu-est WILLIAM PARKER. Car en effet, cet orchestre me rappelle un peu son ambiance tordue à la violence latente, et on ne pourra pas non plus échapper à l-éternel parallèle avec le big band de la grande époque de SUN RA...

S'abonner à EVAN PARKER